“the man I love”, 2019

40 (±A4) e 40 (±A6), tinta-da-china e ecoline s/papel

 

 

“(…) Bon, vous savez que les acteurs, de toute façon, il faut pas leur demander d’avoir des…, dans la vie, de s’engager comme ça totalement – et puis je crois que c’est pas bon, c’est pas souhaitable – de s’engager comme ça, totalement, ou dans l’amitié ou dans l’amour. Un acteur c’est quelqu’un qui ne vit – enfin, pour moi – qui ne vit réellement que quand il interprète quelqu’un d’autre. C’est un malade, un acteur, c’est pas un type normal, c’est pas normal de faire de guignol toute sa vie, de prendre des masques comme ça, d’avoir besoin de ça: parce qu’un acteur, quand il ne joue pas ou quand il n’a pas à penser à un rôle, à travailler un rôle, il est vide, il n’est pas intéressant du tout. (…) quand je suis en état d’attente, je vis en sourdine, je ne vis vraiment que quand je joue (…)”

BC

 

“The Man I Love”
George & Ira Gershwin

Someday he’ll come along
The man I love
And he’ll be big and strong
The man I love
And when he comes my way
I’ll do my best to make him stay

He’ll look at me and smile
I’ll understand
And in a little while
He’ll take my hand
And though it seems absurd
I know we both won’t say a word

Maybe I shall meet him Sunday
Maybe Monday, maybe not
Still I’m sure to meet him one day
Maybe Tuesday will be my good news day

He’ll build a little home
Just meant for two
From which I’ll never roam
Who would, would you?
And so, all else above,
I’m waiting for the man I love

 

Filme, 31-07-2019 – 21.51